Partir étudier à l'étranger


Toujours valorisant sur un CV, même si de moins en moins exceptionnel, un séjour d'études à l'étranger se prépare au moins un an à l'avance. Où, quand, comment, combien de temps et avec quel budget ? Quelques-unes des questions incontournables à se poser avant de mettre les voiles.

Si la récente réforme LMD de l'enseignement supérieur facilite la reconnaissance des diplômes à l'échelle de l'Europe, partir étudier à l'étranger n'est encore vraiment "rentable" que si le séjour dure au moins six mois et se déroule après un bac+3. Chaque année, plus de 22 000 étudiants français partent ainsi étudier à l'étranger dans le cadre du programme d'échanges Erasmus.

Crucial, le choix de la destination donnera une certaine "couleur" à votre CV. Certains pays, comme les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne ou encore le Canada, ont la faveur des étudiants français, mais d'autres, en Europe comme sur les autres continents, affichent également leur volonté d'accueillir de jeunes étrangers au sein de leurs universités.

Dans tous les cas, mieux vaut partir dans le cadre de l'un des nombreux "cursus intégrés" prévus par les facs et les écoles de commerce et d'ingénieurs, ou encore participer à un programme d'échanges entre deux établissements. Se lancer seul est souvent plus risqué et plus onéreux.

Car, selon la manière dont vous partez, le budget à prévoir peut doubler, voire tripler. Bien préparer son séjour est une condition sine qua non pour le réussir. Les possibilités de bourses existent, mais les conditions d'attribution sont très strictes.

Pour éviter les écueils, n'hésitez pas à frapper à toutes les portes et en priorité à celle du bureau des relations internationales de votre établissement : il tient à la disposition des étudiants une mine d'informations sur les programmes d'échanges, les bourses disponibles et les équivalences de diplômes.